jeudi 23 juillet 2015

Promenade

Sans titre-1

Sans titre-2

 

Posté par Rose-line à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 15 juillet 2015

Le spectacle!

Sans titre-5

C'était joli!

Sans titre-6

Posté par Rose-line à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Attente!

Sans titre-4

 

Ambiance pique-nique en attendant que le soleil se couche! Petit à petit la foule arrive.

Posté par Rose-line à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le rebon!

Sans titre-2

 

Cette année, de toute façon, pour cause de précautions, il n'y avait pas grand chose à voir! Alors j'ai fait la touriste.

Sans titre-3

 

Posté par Rose-line à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bon!

Sans titre-1

Pour cause de panne de réveil, cette année je n'ai rien vu. Sourire!

Posté par Rose-line à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 10 juillet 2015

Un château

Sans titre-1

J'avais vu une émission à la tv, depuis j'avais en tête de visiter ce château doté de ce donjon. Il est facile d'accès par le métro, une sortie nous amène à ses pieds.

Sans titre-2

 

Le site du château est très grand, fait de bâtiments construits à diverses époques, que l'on ne visitent pas tous. Le site acceuille actuellement les archives de l'armée. On viste donc le donjon, le plus haut d'Europe conservé aussi bien, et on visite la Sainte Chapelle, construite ensuite sur le modèle de celle du palais de la cité.

Jadis les rois avaient plusieurs résidences. Vincennes, grace à son bois, était un manoir de chasse. Le livret signale qu'il bénéficiait de 2 voies romaines et du réseau fluvial permettant le déplacement. D'abord une résidence de second plan, Louis IX (dit Saint Louis, 1226-1270) en a fait sa résidence préférée après le Palais de la Cité. Vincennes devient une résidence où beaucoup de décisions se prennent. Ce roi pieu reçoit les saintes reliques à Sens, les emmène à Vincennes d'où part la procession vers Paris, ce qui illustre l'importance qu'avait Vincennes pour ce roi.

Après lui, cette résidence reste au premier plan, les rois continuent d'y venir, d'y naître parfois. Le manoir n'existe plus depuis la fin du XIV siècle. Vers 1361, Jean II le bon nomme un gestionnaire du domaine., une nouvelle tour va être construit. La guerre de cent ans est commencé depuis déjà longtemps. Jean II est prisonnier, son fils Charles V est confronté à de grave troubles, une insurrection parisienne menée par Etienne Marcel, une révolte rurale (la jacquerie). La période est compliquée et agitée. Il faut se protéger.

Ainsi est né ce magnifique donjon, construit en 1361 et 1369, son enceinte se termine vers 1371. Une importante garnison sécurise. Il faut construire encore des bâtiments annexes. Les travaux de la Sainte Chapelle commence vers 1379. Vers 1380, ce château devient l'un des plus grands d'Europe, il fait des envieux. Pour financer tout ça, l'imposition était maximale.

Sans titre-3

 

En 1470, le roi d'Angleterre, vainqueur à Azincourt, obtient le chateau. Il s'y installe afin d'installler son pouvoir et y meurt en août 1422. La cour française adopte le Val de Loire. Vers 1435, le château redevient français (ou franc?), mais si les rois reviennent à Vincennes, ce n'est plus une résidence préférée. Les travaux continuent, des restaurations sont même faites.

Vers 1560, les guerres de religions en France. La cour vient se réfugier à Vincennes à plusieurs reprises. Ensuite vient l'époque de Louis XIV qui optera pour un autre château qu'il fait construire alors que des travaux à Vincennes sont entrepris. La cour s'installe en 1682 àVersailles. Vincennes va sombrer dans l'oubli au point qu'il est question de le démolir rayé définitivement de la liste des résidences royales vers 1784. Finalement sauvé, il a servi de prison entre autre. Parmi les prisoniers celèbres, au fil des siècles sont cités HenriIV, Nicolas Fouquet, Denis Diderot, Sade...

C'est la révolution qui a définitivement sauvé ce château en s'en servant pour loger l'arsenal. Dès 1793, l'idée était préssente,ce château appartient au patrimoine. De nouveaux bâtiments sont construits. Vers 1870, la Commune passe par Vincennes, certains insurgés y sont fusillés. Une dizaine d'années auparavant, Napoléon III avait voulu que le bois de Vincennes soit aménagé comme le bois de Boulogne, une promenade publique.

La Sainte Chapelle est déclarée monument historique en 1853, le donjon en 1913. Les pavillons dits du roi et de la reine ont été incendiés en 1944 losque les troupes allemandes ont quitté le lieu et ont fait sauté un dépots de munitions. Une grande campagne de restauration du site est lancée en 1986, et nous revoilà en 2015 à admirer tout ceci.

Sans titre-4

 

Ce qui manque au site c'est un musée, sans le petit livret explicatif lu le soir, je n'aurais pas bien saisi ce que j'avais vu. Cette visite aborde un sujet méconnu pour beaucoup, cela mériterait un petit quelque chose en plus. Ce château situé à la sortie d'un métro mérite cependant le déplacement.

Posté par Rose-line à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 8 juillet 2015

Autre découverte!

Sans titre-8

J'ai découvert en regardant la tv que cet aquarium existait à trois pas du zoo de Vincennes. Le site mérite d'y retourner car il propose une deuxième thématique. Ce palais a été construit pour l'exposition coloniale internationale de 1931, il est de style art déco. Pour cette fois-ci, c'était l'aquarium que je voulais visiter. Je n'ai pas été déçu, il est magnifique.

Sans titre-5

Sans titre-6

Sans titre-7

Posté par Rose-line à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Promenade au zoo!

Sans titre-1

 

Le zoo a été ouvert en 1934, fermé en 2008 afin de le rénover et réouvert en 2014.C'est un joli parc. Bien sûr, on n'est jamais assuré de voir tous les animaux, certains font leur sieste dans un recoin tranquille, mais bon c'est la règle du jeu. Je n'ai pas vu monsieur lion, par contre ces lionnes surveillaient 3 lionceaux qui jouaient.

Sans titre-2

 

Sans titre-3

Chez les babouins, il y avait aussi des petits qui faisaient l'animation.

J'étais déçue de ne pas voir les gros chats!, lynx, puma et jaguar étaient à la sieste; je n'ai pas vu non plus le glouton, et j'ai eu le temps d'apercevoir un loup de dos! Bon voilà que les vedettes n'étaient pas au rendez vous. Pas grave une autre vedette a été fascinante.

 

Sans titre-4

Au début, je suis restée plantée devant la vitre en me demandant ce qu'il fallait voir, c'est la tendance dans le parc quand on n'a pas encore lu le panneau explicatif! Puis une grosse bête est apparue. Le parc a deux lamantins. Je n'avais jamais vu. C'est une bête de l'ordre des siréniens, herbivore, qui peut aller jusqu'à 3.50 mètres de long et peser dans les 500 à 600 kgs, qui vit dans de l'eau chaude peu profonde car elle doit remonter toutes les deux à trois minutes pour respirer. Cette bête est du genre paisible qui passe sa journée à brouter les fonds, on l'appelle aussi la vache de mer.

Au final, la promenade était sympathique. Le public est principalement composé d'enfants avec les parents ou des colonies de vacances. En repartant, je me suis rendue compte que je n'avais entendu que les humains, je n'ai quasiment pas entendu d'animaux sauf les oiseaux dans la serre.

 

 

Posté par Rose-line à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 5 juillet 2015

Découverte d'hier

Partie en fin de matinée avec une idée précise, je suis descendue du bus à midi. Une pizza pour prendre des forces. Puis 2 heures d'attente, heureusement j'avais de la lecture.

Sans titre-1

 

Visite du sous sol. Le dépliant nous informe que nous descendons à une vingtaine de mètre (équivalent à un immeuble de 5 étages), qu'il y a 130 marches à descendre qu'il faudra remonter, qu'il s'agit d'un parcours de 2 km. La température étant d'envion 14°, détail non sans importance, faut il ou pas prévoir un gilet lorsqu'on descend. Ce samedi, il faisait chaud en surface et bon dedans, le gilet resté à la maison n'était pas utile.

On commence à parcourir des galeries des anciennes carrières. Ces carrières fournissaient les pierres nécessaires à la construction, le dépliant cite le Louvre, Notre Dame. Evidemment ce 'est pas sans risque, souvent est citée en guise d'exemple, une rue, la bien nommée rue d'Enfer, qui s'est effondrée. Ainsi en 1777 est créé le service d'inspection des carrières, service qui existe toujours de nos jours. Il a fallu faire des consolidations du sol grace à des piliers.

Longtemps, le public ignorait l'existence de ces carrières. En 1810, une brochure de   Louis Etienne François Héricart Ferrand attire l'attention du public et c'est entre 1830-1840 que des premières visites commencent. Non sans risques car l'itinéaire était aléatoire au risque de se perdre. Ce qui devait donner beaucoup de sensation avec un éclairage à la bougie! Si on lève les yeux, on observe une ligne noire qui indiquait le chemin à suivre. L'électricité à été installée en 1974 et évidemment, on ne peu plus se perdre le chemin est balisé, on ne peut que parcourir qu'une petite partie, ce qui est amplement suffisant.

Sans titre-2

Paris d'alors connaissait un autre problème majeur. Ce Paris fait de campagne et de villages. Un grands nombres de cimetières posant de gros problèmes de salubrité. Odeur et maladies sévissaient. En 1785, le conseil d'état décide la fermeture et l'évacuation du premier cimetière, le cimetière des Innocents qui se situaient au centre de Paris, ce qui donnera la place à un grand marché, les Halles. Un site des anciennes carrières est aménagé afin de recueillir les ossements. Les autres cimetières suivront. L'ossuaire des catacombes recueille 6 à 7 millions de défunts. Parmi les anonymes, se trouvent François Rabelais, Jean de la Fontaine, Danton, Robespierre. La révolution n'inrrompt pas le travail de consolidation et d'évacuation des cimetières. Vers 1871, l'ossaire est le théatre d'une bataille lors de la commune; un grands nombre d'insurgés s'y étaient réfugiés.

Sans titre-3

Le dépliant évalue ce parcours à 45 minutes. Ce est qui suffisant, en ce qui me concerne. On est dans un mileu confiné, humide. Lorsqu'on marche dans ces galeries, au dessus, il a des rues et une avenue de nos jours (c'était la campagne dans le passé, un tronçon du parcours passe sous une voie d'arrivée d'eau de l'aqueduc d'Arceuil. Par les inscriptions anciennes, on a un aperçu de choses du passé. Le petit livre indique que certaines plaques datant le déménagement des ossements, il y a un décallage dans la numérotation des mois. En l'an 45 avant J.C, Jules César a créé le calendrier julien et faisait démarrer l'année en janvier; auparavent l'année commençait en mars. Pourquoi, sur des palques datant de 1810, on en retrouve ce décompte, je ne sais pas.

Pour revenir au présent, on gravit ce petit escalier, il date du début de l'aménagement du site. Un petit panneau nous conseille de remonter lentement, il s'agit de 83 marche dans un escalier en vis, le genre d'escalier qui semble ne jamais s'arrêter. Tout en montant, je me suis rendue que j'étais contente d'entendre le bruit de la ville avant même de la revoir. Ce petit escalier en plus d'être agé présente une inscription. Jadis les mesures se faisaient en pieds en en pouces, en 1795, ila fallu convertir, le système métrique étant adopté afin d'imposer une mesure commune à tous. L'inscription signale la profondeur, 54 pieds, convertit en 17,5356 mètres.

Voilà, j'avais douté d'attendre 2 heures, mais j'ai été contente de découvrir tout ceci.

 

Posté par Rose-line à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 28 juin 2015

J'ai bien aimé

Sans titre-7Nous voilà en 1919, il y a eu la guerre et il y a eu un gros autre événement qui rend tout suspect, la révolution russe. Ainsi quand un homme est arrêté, le juge doit comprendre et évaluer de quoi il s'agit.

Posté par Rose-line à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]