jeudi 5 décembre 2019

Le sapin

Sans titre-1

Sapin décoré avec l'aimable participation du chat!

 

Posté par Rose-line à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 19 octobre 2019

Le temps file vite!

Sans titre-1

Sans titre-2

Posté par Rose-line à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 9 février 2019

Brève de vie(4)

Donc malade sérieusement en septembre, bronches fragiles qu ont été encore plus fragilisées par le tabac. 

Sans titre-2

 

J'étais convaincue depuis le début, que ce genre d'objet allait faire partie de mon quotidien. Avec mon collègue, on a pompé sur les tubes blanc et jaune, cela ne marchait pas bien du tout, mais on a eu un aperçu.Ensuite j'ai acheté ce petit machin qui n'avait pas d'autonomie, il fallait tout démonté pour avoir acces à sa prise de recharche, elle passait plus de temps en charge que d'utilisation. Ensuite j'ai eu le kit noir, j'ai su me passer de mes clopes pendant un mois. C'était pas confort. Un jour, elle s'est mise en route dans mon sac. Quelque chose avait appuyé sur son bouton. Je l'ai posé sur l'étagère, elle ne se recharge plus. Passé l'émoi. Il n'y avait qu'une seule boutique à l'époque proche de chez moi. Je suis rentrée avec la bleue. Impossible de l'utiliser, je recevais des goutelettes chaudes sur mes lèvres.

Le temps passe, je suis une fumeuse qui peut se vanter d'avoir aussi une vaporette. Septembre 2018, je dois arrêter de fumer, je ne m'en sors pas et je demande à mon buraliste qui vend mes clopes et des Q16( petites vaporettes), comment on fait pour arrêter de fumer. Il m'a beaucoup expliqué, lui même est devenu vapoteur. 

Pendant longtemps, j'ai été naïve. Dans ce domaine, il faut aller écouter ce que disent les vendeurs, ou utiliser internet. Ne pas acheter systématiquement. Une bonne boutique est une boutique où un client peut aussi parler avec un autre client, amenant la conversation entre vendeur et acheteurs bien plus formatrice.

 

Sans titre-3

 

Entre le moment, début septembre et aujourd'hui, j'ai arrêté d'abuser du sucre (je ne suis pas une intégriste du régime), j'ai été malade, j'ai arrêté de fumer, je vapote... du pain d'épice et de la madelaine, j'ai perdu 9 kilos.

Beaucoup ont peur de la vapote. J'ai fait partie des convaincue mais dubitative parce que je n'ai pas eu de bonnes infos.Je me suis vite tournée vers le reconstructible.Cela surprend. 40 watt et 3 mg de nicotine maxi pour moi. Mon sevrage de la clope ne s'est fait que dans ces conditions.Mon sevrage de la vaporette, ce n'est pas pour aujourd'hui, même à zéro de nicotine, je continuerais parce qu'il y a des gens, de mon genre qui ont besoin, de leur doudou.

Il y a quelques temps, une de mes collègues m'a fait une crise d'hystérie en public; elle agitait sa clope telle une épée sous mon nez (tout le monde savait que j'avais été hospitalisé à cause des clopes) "arrête avec ton nuage toxique, mais arrête! Mon dieu on ne sait pas avec ton truc".

On sait ce que contient nos aimées cigarettes. On commence à savoir pour la vaporette. C'est compliquée dans le cas de la vaporette parce que pour le moment,, il y a le feu croisé des cigarettiers et des laboratoires de pharmacie, sans compter les associations des anti-tabac financés par l'état. Quantité de gens n'ont pas interet à ce l'arrêt du tabac soit facile et simple. 

 

 

Posté par Rose-line à 20:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Brève de vie (3)

Fumer avec un patch collé à la peau, quand on est un gros fumeur, il ne faut pas avoir peur. L'autre jour, un monsieur avec des gros problèmes de santé m'a questionné; il m'a vu vapoter. Sa femme vapote mais pas lui et il ne comprend pas, ses problèmes de santé s'aggravent et il ne voit pas comment faire. Il fume presque 3 paquets par jour et nuit. Dans son cas, je lui ai dit de consulter un médecin spécialisé dans l'anti-tabac parce que à ce rythme, il faut un bon dosage de patch pour avoir un taux constant et peut être compléter avec la vaporette, peut être aussi d'autres solutions pour lutter contre son stress.

Dans ce domaine, rien n'est bien défini sur papier, il ne s'agit que de l'expérience des utilisateurs. Encore à ce jour en 2019! Même si l'on sait que vapoter est une conduite de réduction des risques par rapport à fumer, il ne faut pas attendre que l'on nous informe à la télé. Passons ce genre de débat. J'ai regardé dans la semaine l'émission de Arte sur le sucre, forcément. Tabac-sucre, les même, et je suis en plein dedans! Je suis née en 1967. Enfin bref....

Posté par Rose-line à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Brève de vie (2)

Mon confort psychologique ne retrouvait pas ses marques par contre physiquement cela commençait à être bien.Je me collais un patch et finalement, je fumais. Beaucoup moins certes, mais je fumais avec les patchs. Alors que je prenais un traitement (que j'aurais à prendre désormais toute ma vie) et que j'avais dépensé de l'argent pour faire une cure d'anti-oxydants.

Le 02décembre 2018, je me sentais bien. J'ai écrit sur un papier, "aujourd'hui, j'arrête les clopes et j'utilise la chose". Pendant une semaine, j'ai tout de même fumé 2 cigarettes par jour; le samedi suivant, je suis retournée en boutique pour goûter de quoi m'en passer. Il s'agissait de la cigarette du matin, quand le café arrive et celui du retour après le travail, j'ai l'habitude de me faire une tasse de déca.

Sans titre-1

 

Pour me servir de la vaporette, ou la e-cig, j'ai joué sur le goût très sucré. Les produits du moment ne sont pas en photo.Quand la vaporette vous envoie un goût enfantin, très lié au souvenir d'enfance, la cigarette devient "c'est pas bon". Il m'a fallu une semaine pour ne plus allumer une cigarette. J'ai déplacé le plaisir sur un autre objet.

Posté par Rose-line à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Brève de vie

Début septembre, j'ai débuté une alimentation dite Ig bas, c'est à dire en faisant attention au sucre. A ce jour, j'ai perdu 9 kilos. Au quotidien, je reste épatée de me sentir en meilleure forme et d'être moins fatiguée. 

Heureusement. Parce que mi-septembre, j'ai eu un incident ménager. Une canalisation bouchée; on est un samedi, je vais acheter un produit en paillette que j'avais déjà utilisé. Je verse des paillettes, d'habitude les paillettes prennent un peu de temps pour agir, cette fois-ci, l'action a été immédiate; j'ai donc respiré un nuage toxique de soude mélangée à l'eau sale qui stagnait. Le reste de mon samedi, j'ai éternuer à chaque demi-seconde; encore aujourd'hui si j'éternue, mon chat vient voir si cela recommence. Mon état s'est aggravé jusqu'au mardi, ce jour où je suis allée travailler mais j'étais canée et j'ai passé ma journée en surveillance dans un hôpital de jour de pneumologie. 

Je fumais. Je fumais plutôt beaucoup car dans mon métier on travaille le jour, parfois la nuit, l'astreinte fait aussi que j'avais l'horloge-clope déréglée. Il me fallait donc cesser de fumer. Hum! J'ai bien sûr été rendre visite aux pharmaciens. J'en ai fait plusieurs de ces visites, parce que j'ai tenté tout ce qui était en vente mais je n'y arrivais pas. Mon confort psychologique n'était pas au rendez vous. Il manquait quelque chose.

Posté par Rose-line à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 7 septembre 2018

La vie

 

Sans titre-1

Ayé c'est fait! J'ai passé la cinquantaine et donc... J'ai besoin d'un rééquilibrage alimentaire. 

Je n'ai jamais mangé hyper gras pourtant mon corps c'était mis a changé; j'ai grossi et principalement au niveau abdo-fesses! Si ce n'était les graisses alors quoi d'autre? 

Quand ce n'st pas le gras, c'est le sucre.

J'ai respecté le sans sucre pendant une semaine. Une semaine où j'ai donc mangé des pâtes et des céréales, des légumes et des fruits.Et surtout j'ai banni le sucre. J'ai été en pleine forme et j'ai perdu 1,5 kg uniquement en mangeant avec moins de sucre.

Le pain ordinaire blanc, fini pour moi, c'est du sucre; à la place; il me faut du pain complet. Les pâtes ordinaires, c'est fini pour moi, il lme faut des pâtes complètes. Les pommes de terre que j'aime bien, c'est du sucre. 

Une semaine seulement où j'ai commencé mon équilibrage alimentaire. C'est compliqué de faire ses courses du quotidien en regardant les étiquettes. Pour le moment, je ne suis pas encore diabétique. Mais si je ne conçois pas mon alimentation comme si je l'étais déjà, cela va mal se passer pour moi.

Quantité de gent se déclare "intolérant au gluten" mais, ce n'est peut être pas le gluten qui est la problèmatique mais peut être un peu plus ce truc, le sucre. 

A partir du moment que le verdict médical est tombé. Trop de sucre dans votre corps. Le sucre se transforme en graisse.

Enfin bref, le sucre et les gateaux , c'est fini pour moi s'il sont d'un index glycémique fort ou d'une charge glycémique élevée.

Je suis une pré-diabétique. Je ne le suis pas encore, diabétique. 

 

Posté par Rose-line à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 25 février 2018

Lectures

Parmi les lectures du moment

Sans titre-3

Celui-ci, que j'ai découvert en voyant la bande annonce du film à la tv. Je voulais lire le livre avant de voir le film.

Le sujet n'est pas joyeux; l'histoire commence lors d'une des dernières bataille puis à la période de la démobilisation post première guerre et pendant l'année 1919. Alors que tous tentent de reprendre leur place dans la société, avec parfois de graves cicatrices ou handicaps, les profiteurs tentent eux de s'enrichir. 

En lisant ce livre, j'avais une impression de reconnaître quelque chose, j'ai finalement identifié ce que j'avais reconnu! Le style s'inscrit complètement dans celui d'autres auteurs, comme Emile Gaboriau dans "la vie infernale" ou Aristide Bruant dans "Les bas-fonds de Paris". Il y a une certaine continuité au travers de ces oeuvres et il y a chez Lemaire un détail qui le place dans la continuité des deux autres auteurs. Madeleine n'est pas une femme complètement soumise aux aléas de la vie comme les héroïnes des deux autres auteurs, elle montre que certains des choix sont très précisément les siens. La première guerre a donné un coup d'accélérateur à la société dans pas mal de domaine. 

Sans titre-4

 Le deuxième livre. On fait un bond vers la fin de la seconde guerre.Où l'on trouve l'extrème. On est acceuilli par un massacre, on se trouve ensuite dans le bunker de l'élite nazie. Ce n'est pas un livre joyeux, l'histoire est dure et cruelle; il y a peu d'apport inventé par l'auteur. Les lettres. Elles font le liens entre des destins de femmes dans leur extrême. Celles qui se débrouillent pour survivre et même faire survivre l'enfant et celles qui n'hésitent pas à massacrer pourvu qu'elles aient un statut. Quitte à tuer ses propres enfants s'il le faut!

 

Sans titre-1

 

Parfois des mères désespérée tuent leur enfant et même le mange. Mais bon dans cette histoire on repart en 1518. C'est l'été à Strasbourg. La famine, la misère est à ce point qu'il n'y a plus rien. Même plus d'avenir du coup. Les gens se mettent à danser, ou vivent une transe collective. Ils dansent sans plus jamais s'arrêter, certains s'écroulent, morts, ils ne peuvent plus s'arrêter, pourquoi s'arrêter puisqu'il n'y a plus rien, il n'y a plus d'avenir. 

 

Parmi les lectures, voici de quoi faire à côté du radiateur, en attendant que la vague de froid passe.

Posté par Rose-line à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 21 décembre 2017

Tinou

Sans titre-1

 

Elle a 11 mois, elle est dynamique; pour elle, tout est un jeu. Pour Noël, j'ai l'habitude de décorer un sapin artificel. Cette année, j'avais pensé trouvé un petit sapin naturel, juste ce qu'il faut pour un petit appartement mais sachant que Tinou ne résisterait pas à jouer à Tarzan dedans! Le tout pour un prix raisonnable évidemment. Je n'ai pas trouvé ce qui correspondait à mes critères, enfin surtout le dernier cité.

Sans titre-2

 

 

Cette année, on se contentera d'une couronne. 

Posté par Rose-line à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 9 octobre 2017

Tinou

Sans titre-1

 

 

Posté par Rose-line à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]